Boxer ou Caleçon

Boxer ou Caleçon. La lingerie qu'on choisit dit beaucoup sur l'homme qui la porte. Alors entre le slip, le caleçon et le boxer, les cœurs balancent. Enfin, pas que les cœurs, les parties aussi. Décryptage de ce que les pantalons cachent, et qui en dit long sur vous.

Le bon vieux caleçon à carreaux, le fameux slip ou le boxer aérodynamique, c’est un grand débat qui fait rage chez ces chers messieurs, mais aussi, et de plus en plus, entre nous, grandes prêcheuses.  Et les arguments sont riches et variés pour soutenir son parti avec ferveur ! Voyons ce que pense l’adepte du slip, Manon, 28 ans : « Pour moi, pas de discussion possible, rien ne remplacera jamais un bon slip, tout est bien tenu, faut les préserver ces petites choses là, hein ! Efficacité mais pas frivolité ! ».

Un argument de taille, la conservation « en bonne et due forme ». Ce serait donc une raison pour voir débarquer Popeye dans notre case cet été tirant sur son slip kangourou ?

Que nenni, le slip de papi est en passe d’être remis au goût du jour par une jeune marque française, Le slip français : « Vous voulez changer le monde? Vous voulez changer les choses? Commencez par changer de Slip ! ». Et les affaires du jeune diplômé d’HEC semblent fonctionner, puisque le slip bleu, blanc, rouge, fabriqué en Dordogne, se vend aujourd’hui aux Galeries Lafayette, tout près des célèbres boxers Calvin Klein.Donc le slip pourrait faire son grand retour grâce à l’alliance « jeunesse, maintient et style made in France » ? Hum, c’est vrai qu’il est pas mal le petit frenchy. Voyons tout de même ses adversaires.Ah le caleçon, le bon vieux partenaire old school… Celui-là est à l’origine de quelques opinions très tranchées, voire manichéennes. Aux dires de certains hommes, le caleçon n’est qu’un tissu mou, inesthétique, garant de situations gênantes puisqu’il laisse apparaître, sans préavis, leur parties intimes au cours d’une pose décontractée. Mais pour eux, le point noir, c’est l’inconfort « un caleçon, ça laisse tout balloter, et par dessus le marché, il a tendance à se replier et faire apparaître des bourrelets disgracieux et désagréables en dessous d’un pantalon … classe ! » nous confie Thomas, 31 ans.

N’en déplaise à ces derniers, le caleçon serait, selon certaines sources plus que sérieuses, en voie de disparition : « Les ventes ne représenteraient plus qu’environ 5 % du marché des sous-vêtements masculins, loin derrière le boxer (65 %) et le slip (30 %), attribut toujours très populaire dans les zones de campagne et les grandes surfaces.».*  Alors oui, à priori, le caleçon n’a rien pour lui. Sauf que, véritablement, à l’instar du tourne-disque ou d’un bon vieux argentique, reste une école d’irréductibles adeptes qui le considère comme une pièce de style, un allié roots et rétro**. Pour certains hommes, le port du calebard est sous-jacent à une lutte plus profonde : « la liberté contre le tout-confort sécuritaire ». Côté dames, la disparition du caleçon peut se révéler être un vrai drame : « Je veux des caleçons où l’on peut glisser les mains pour des câlins coquins, pas des dessous qui vous boudinent ou qui laissent tout voir ! En caleçon, un mec est carrément « miam-miam » ! » s’exclame Laura, 32 ans. Le point fort du caleçon serait donc son aspect romantique, nature et répondant à une règle fondamentale de la séduction : la suggestion !Enfin, le petit dernier, le boxer, magnifiquement exhibé par le sculptural David pour H&M sur 50m de haut à Times Square, semble conquérir le coeur – et plus si affinités – d’une grande majorité des hommes et leurs prescripteurs féminins (notamment au vu de sa part de marché des sous-vêtements masculins – 65%.

Les marques ont flairé le potentiel, et misent gros sur ce challenger. Khalid Kafi, fondateur de la marque de boxers Icemoon, n’hésite pas à sponsoriser les matchs de foot, ou les émissions de télé-réalité type Secret Story pour faire exploser ses ventes. Mais pourquoi donc un tel engouement ? Le boxer, petit malin, emprunterait les attributs qui ont fait le succès de ses adversaires: il allierait esthétique, par sa forme caleçon, avec le maintient et l’ergonomie du slip. En terme de sex-appeal, Anaïs, 27 ans, confirme : il est « sexy, excitant et viril, sans faire gamin ou ridicule ». Pour de nombreux hommes, au delà de l’apparence, le boxer remporte tous les suffrages.Mais les plus old-shool et autres résistants à l’adoption du boxer se targuent aussi de leurs arguments coups de poing : le boxer, moulant, augmenterait les risques de stérilité, ferait écho à cette dite tendance de métro-sexualisation de l’homme, puis, surtout, serait plus qu’inesthétique lorsque le corps maintenu n’est pas dur.

«Si votre homme n’a pas de problème de santé, il peut porter ce que bon lui semble » nous explique le Dr François Grima, urologue à Versailles. Voilà qui ne clot pas du tout le débat. « En revanche, s’il a subi une opération chirurgicale, mieux vaut qu’il ne soit pas trop serré. Dans ce cas précis, le caleçonest de rigueur. »

Un risque pour la fertilité ? Maintenir c’est bien. Encore faut-il ne pas comprimer. « Une trop forte compression peut diminuer la qualité du sperme » poursuit notre spécialiste. « Que ceux qui portent des slips se rassurent, cela ne rend pas stérile ». Bien à l’abri dans les testicules, les spermatozoïdes ne craignent qu’une chose : la chaleur excessive. Et dans le cas du slip, si les testicules sont trop près du corps ils s’échauffent, réduisant la richesse du sperme.

Le caleçon pose des questions d’un autre ordre. Le relâchement de l’appareil génital laisse la porte ouverte aux frottements. Ce qui peut favoriser irritations et mycoses, particulièrement au niveau inguinal. Le premier round est donc remporté par le boxer, qui allie à merveille le maintien du slip (mais sans comprimer) et la liberté du caleçon en évitant le ballotement excessif.

Le choix du textile. Pour ce qui est du choix de tissus à adopter, le Dr Grima ne laisse pas beaucoup de place à l’hésitation : « Choisissez des sous-vêtements en coton. Bien sûr ils seront moins élastiques que le lycra, mais ils permettront à votre peau de mieux respirer… et d’éviter les macérations. »

Reste les amateurs du « tout en liberté ». Sur ce point, notre spécialiste est sceptique : « Le contact direct avec le pantalon favorisera les frottements, les brûlures. Sans compter la question de l’hygiène… et un accident de fermeture éclair est vite arrivé… »

Ainsi donc le boxer mène-t-il d’une courte tête. Toutefois « le choix du sous-vêtement ne changera, fondamentalement, pas grand-chose » conclut François Grima. « Ce qui importe, c’est l’hygiène. Changer de sous-vêtement tous les jours vous évitera quelques désagréments comme la prolifération des bactéries ou la survenue d’une mycose du gland. »

**************************************************************
 
Un site sur le Web " COMME UN CAMION?", où vous pouvez retrouver les ?marques de sous-vêtements masculins a connaître :

Les boxers, caleçons et autre slips sont vitaux quant au maintien quotidien de nos parties intimes et aident à limiter les frottements causant des irritations. Si longtemps le caleçon est resté le préféré de la gent masculine, il s’est aujourd’hui largement fait détrôner par le boxer qui présente tous les attributs du slip sans les inconvénients esthétiques. Car souvent nos achats en la matière ne se limitent qu’à quelques marques célèbres, on a souhaité vous présenter quelques noms à la réputation moindre.

Lire la suite sur "COMME UN CAMION" : LIEN 

***************************************************************

DU DESSOUS COUVRANT ET PRATIQUE À LA LINGERIE MASCULINE MODE

Le sous-vêtement homme et le tabou de la cuisse masculine

Les sous-vêtements homme, que ce soit le boxer, le caleçon ou le slip ont longtemps été appréciés pour leur aspect fonctionnel. Bien avant Calvin Klein, Dolce Gabbana, Diesel, Armani ou encore Pull-In, la lingerie masculine avait vocation à couvrir avant tout. Des braies gauloises aux collants moyen-ageux, le sous vetement homme devait cacher les jambes et surtout les cuisses. Puis vint le temps des innovations en lingerie masculine: le boxer fut créé à partir des caleçons longs que portaient les pugilistes, avec l'idée de remplacer les lourdes ceintures par des élastiques. Le slip homme, initialement plus sexy, vint plus tard, empruntant sa forme aux maillots de bain bikini de notre belle côte d'azur.

Le sous-vêtement homme et l'innovation.

Une fois le tabou de la cuisse des hommes franchi, le caleçons, le slips et le boxers répandus, le sous-vêtement masculin a pu se perfectionner et se concentrer sur l'innovation. Pour la praticité à proprement parler, apparu le sous-vêtement à ouverture. Le slip à poche devant, ce fameux slip kangourou, désormais maitrisé par Sloggi, Mariner, DIM, Athena ou encore Calvin Klein, fut créé par Eminence en 1947, s'inspirant des gauchos de la pampa. Aujourd'hui, les ouvertures pour sous-vêtements masculins existent aussi bien pour les slips, les boxers et les caleçons. Ouverture horizontale, verticale, avec une simple fente ou avec boutons, il en existe pour tous les goûts et Solendro vous les propose toutes. Le confort fut également un important facteur d'innovation pour les sous-vêtements masculins. Hom par exemple mit au point le premier slip, puis boxer à coque souple. Les poches avant devinrent doublés pour les boxers et slips homme afin d'assurer un meilleur soutien. Enfin, de nouvelles matières de lingerie masculine furent introduites afin de mieux satisfaire les besoins particuliers. HOM introduisit le sous-vêtement fabriqué à partir de voile, Eminence le tissu à mailles aérées; Pull-In se spécialisa dans le boxer fashion en lycra. Aujourd'hui on compte plus d'une dizaine de matières: modal, bambou, coton (notamment du coton bio), elasthane, polyamide, microfibres, polyester, viscose...

LES MARQUES DE BOXERS, CALEÇONS ET SLIPS

Les boxers Kaporal, les caleçons Arthurs, les sous-vêtements Tommy Hilfiger, les slips Mariner ou encore les boxers Bjorn Borg, initialement moins connues, ont apporté fraicheur et nouveauté.

Des marques de boxers et caleçons, à la mode, comme Kaporal, Bjorn Borg, Puma, Mariner ou Pull-In tentent d'innover pour se faire une place parmi les sous-vêtements homme Calvin Klein Underwear, Dolce Gabbana, Diesel, Arthur ou DIM. Ce qui est désormais à la mode pour les sous-vêtements masculin : boxer taille basse (également appelé shorty), calecon long, calcon, mini-slip homme, ceintures larges, ouvertures (ou poches), caleçon coupe américaine ou calecon coupe française, le caleçon à suspensoir (soutien interne), boxer fun, sexy pour homme, boxers fashion, soutien, confort (microfibres, modal), sous-vêtement homme coton. Solendro vous propose des marques de spécialistes de lingerie homme à des prix très avantageux. Le boxer DIM pas cher, le fameux 3D Flex DIM en lot de 2 à moins de 22€, le caleçon pas cher Dagobear (dès 15€), le boxer pas cher Athena ou slip pas cher Sloggi. Pour acheter des boxers hommes pas chers et accéder aux offres, allez dans la section sous vetement homme promotion (en rouge dans la barre menu) où figurent toutes nos soldes boxers, slips et caleçons. Solendro vous propose également des sous-vêtements de créateurs: les Caleçons Clémence de Gabriac avec un suspensoir (soutien interne) extrêmement fin, et de très jolis boutons de nacre sur le devant; les boxçons Monsieur Moore, entre le boxer et le caleçon, qui vous offrent la liberté d'un caleçon (un sentiment de quasi-nudité sous vos vêtements), mais à la coupe ajustée, près du corps, comme tout bon boxer homme; les sous-vêtements trendy et urbains des Insurgés, reportant sur le sous-vêtement masculin les codes habituels des vêtements de dessus; ou encore les caleçons, avec ou sans soutien, de Dagobear, la marque au nounours, originale et très abordable.

*****************************************************************************
Trouver les réponses aux questions sur les questions de Société : Jobbing - Servives entre particuliers, Gagner de l'argent, Faire des économies, l'enfant et l'enseignement, Ouvrir un commerce, Vendeur à domicile indépendant ( VDI ) , crowdfunding, coloriage adultes , Imprimante 3 D , Fab labs drone, ETC  sur    Aumasculin-société
 
*****************************************************************************
Un caleçon ou boxer ou slip doit être confortable. Qu'importe le modèle, vous devez avant tout être à l'aise dans vos caleçons, slips ou autres.

1. Le slip ou Le string

Grand classique des sous-vêtements pour homme, le slip a pourtant été détrôné par les caleçons et boxers. Vivant une renaissance grâce à la nouvelle tendance rétro, le slip homme a retrouvé le chemin vers les placards. Aujourd'hui, le slip homme est plutôt moulant avec ceinture élastiquée, mettant avantageusement en valeur les attributs virils tout en allongeant la jambe. L'homme audacieux ira jusqu'à porter le string pour homme, histoire de mettre un peu de piment dans les relations sexuelles ou souligner des fessiers parfaitement musclés. 

2. Le boxer

Le boxer est un type de sous-vêtements pour homme particulièrement confortable et séduisant. Il met en valeur juste ce qu'il faut des attributs masculins. Le boxer est plus long qu'un slip, mais offre le même maintien. Les boxers short plus larges et à imprimés restent la star des piscines et des plages. Ils font d'ailleurs généralement office de vêtement.

3. Le caleçon

Le grand avantage du caleçon ample est qu'il ne coupe pas la cuisse et offre un maximum d'espace aux parties intimes. Le hic ? C'est beaucoup moins sexy qu'un caleçon moulant version shorty, bien sûr. D'autant plus que les caleçons pour homme grande marque sont fabriqués en matières souples et respirantes, très agréables à porter. À mi-chemin entre le caleçon et le slip, le boxer homme assure un maintien parfait et une coupe saillante des plus sexy. Toutefois, le caleçon homme moulant est à éviter si on est de corpulence plus forte.

4. Le rien

L’homme nu sous son jean a son petit charme, tout du moins du point de vue de la fantasmagorie et de l’évidente mise en avant du fessier dans ledit jean ou, mieux, le pantalon de costume. En revanche, l’idée de toute cette peau et orifice plaqués des heures entières à même un tissus pas forcément passé à la machine quotidiennement, est-ce bien raisonnable ? A méditer…

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

Caleçons Damoiseaux : Test & Avis 

S’il y a bien une chose que l’on néglige trop souvent dans notre vestiaire de mâle viril, ce sont bel et bien nos sous-vêtements. On part tous du principe qu’ils ne se voient pas et que donc par conséquent nous ne sommes pas obligés d’être au top niveau du slibard… Faux ! Messieurs, que vous soyez plutôt boxer, caleçon voire slip, pensez à choisir de beaux et bons sous-vêtements dans la mesure du possible. A ce propose, on vous en avait déjà parlè il y a quelques mois et cette fois-ci on a décidé de les tester : les caleçons Damoiseaux ! 

 La marque 

Comme nous venons de le souligner, ce n’est pas la première fois que nous vous parlons de cette marque puisque nous avions présenté Damoiseaux au mois de juin. Petite piqûre de rappel pour les non-assidus : pour faire simple, Damoiseaux fait de beaux caleçons, pas chers, conçus en France, à la main et la demande. Il s’agit d’une toute jeune marque puisqu’elle existe depuis guère plus de 6 mois. Plusieurs modèles sont disponibles mais uniquement en édition limitée à 10-15 pièces selon les modèles. Orignal, une de leur gamme qu’ils nomment “upcycling” regroupe des pièces fabriquées à partir de vieux tissus chinés provenant de foulards, rideaux ou encore d’un vieux traversin. Vous pouvez même proposer votre propre tissu via le site pour un modèle unique, idéal pour un cadeau personnalisé. 

Fiche technique

Pour bien faire, nous avons testé deux modèles différents tant au niveau de la matière que du design. Nous avons choisi le modèle Logorama ainsi que le Golf Wang avec son imprimé club de golf façon all-over. 

Le modèle Logorama 

 Logorama c’est un caleçon à la fois très graphique et coloré composé d’une association répétitive de 4 parallélogrammes bleu marine, blancs, jaunes et rose poudré. Il est doté d’une ceinture élastique et d’un bouton bleu marine en guise de fermeture. Fait à partir d’un coton doux, il est très léger et sa matière est très agréable au toucher. Ses fines surpiqûres nous montrent la finesse du travail exécuté ainsi que la délicatesse des finitions.

Le modèle Golf Wang 

 Les noms des caleçons Damoiseaux ne manquent pas d’humour, en témoigne la contrepèterie qui nomme ce modèle : Golf Wang. A moins qu’il ne fasse référence au fameux collectif de rap. Comme son nom le suppose, ce caleçon bleu ciel se compose d’un motif golf, avec deux clubs croisés sous une balle et sur un blason vert pomme. Il est conçu en 100% coton, avec ici un coton plus rigide que celui utilisé pour le Logorama. Les surpiqûres bleu ciel se confondent parfaitement avec la couleur du caleçon pour devenir quasiment invisibles. La braguette à simple boutonnage est dotée d’un joli bouton doré dans un style vintage, unique sur chaque pièce.

Test 

A la réception de son caleçon, on est surpris par l’emballage : une jolie enveloppe cousu et peinte à la main à rayures jaunes avec un petit mot d’accompagnement. Une petite attention que l’on apprécie ! Au premier coup d’oeil on est pas déçu du produit qui ressemble à ce qu’on a pu voir sur le site. Après essayage on est toujours conquis, les matières sont agréables (mention spéciale pour le Logorama qui est vraiment très doux et léger comme indiqué sur le site) et ils sont parfaitement taillés. Je fais un 36 et le S fit parfaitement grâce à la ceinture élastique. Au niveau de la longueur, le caleçon descend en dessous de la “mi-cuisse” (en ce qui me concerne à une petite dizaine de cm au dessus du genou). Sur mon modèle Logorama, j’ai remarqué de petites imperfections au niveau des surpiqûres qui ne se voient que si on l’examine en détail et qui prouvent que le travail est fait main. Au passage, “RAS” sur le Golf Wang.

*********************************************************************

Et si vous receviez vos sous-vêtements par abonnement ?  Men's Kit : échangez vos sous-vêtements usagés à l'année

Recevoir ses sous-vêtements par abonnement à la maison, c'est un geste pratique et écologique. On vous explique pourquoi.Deux ans après sa création, en 2012, la marque dédiée aux hommes lance six formules d'abonnement pour le remplacement à volonté des sous-vêtements masculins – chaussettes et boxers pour l'instant. Simplifier la vie et limiter le gaspillage . Men's Kit a décidé de jouer sur le credo écolo. Actuellement, un gros tiers seulement des Français déclarent ramener leurs vêtements usés à des points de collecte (37% exactement). Pour en finir avec ce gâchis, la marque propose des formules originales d'abonnement à l'année.  À chaque formule correspond un type de sous-vêtement que la marque s'engage à envoyer contre le recyclage de sous-vêtements usés équivalents. Avantage ultime : pas besoin de se déplacer. Les prises d'abonnement se font par Internet, sur le site de Men's Kit, tout comme les demandes d'envoi des sous-vêtements correspondants.


Men's Kit - Sous vêtements par abonnement

Un engagement moral pour l'abonné et des contrôles éventuels. Les trois formules d'abonnement pour les chaussettes et les trois autres formules pour les boxers fonctionnent sur le même mode : leurs prix varient en fonction de la marque du sous-vêtement (de 33 à 88 euros par an). Les envois réalisés par Men's Kit sont effectués par paquets de deux paires de chaussettes ou d'un boxer. En formulant sa demande d'envoi – autant de fois qu'il le souhaite dans l'année – l'abonné s'engage à recycler deux paires de chaussettes ou un boxer, même usés. Men's Kit annonce par contre se réserver la possibilité de demander une photo de la collecte ou un mot de l'association bénéficiant du don, notamment en cas de demandes d'envois trop fréquentes.

*********************************************************************

CR7 Underwear : les sous-vêtements selon Cristiano Ronaldo

Une nouvelle campagne sexy et imposante pour le Ballon d'Or portugais

La nouvelle campagne de la marque de sous-vêtements de Cristiano Ronaldo, CR7 Underwear, est à l'image du joueur... Elle en impose.

CR7 Underwear : les sous-vêtements selon Cristiano Ronaldo
 

Avec une première collection de sous-vêtements lancée en 2013, Cristiano Ronaldo remet le couvert et vient tout juste de dévoiler sa nouvelle collection de boxers, slips et autres caleçons pour le plus grand bonheur des hommes mais surtout pour celui des femmes, avec une campagne plus sexy que jamais.

Une collection tendance et une campagne sexy

La campagne intitulée Rankin x Ronaldo for CR7 Underwear qui associe le nom du footballeur et du photographe à l'origine des photos de la campagne dévoile un Cristiano tout en abdos et plastique de rêve. 

Avec des sous-vêtements modernes, dans l'air du temps et parfois même colorés, cette collection s'impose comme une véritable tendance. On retiendra surtout l'ensemble des photos de la campagne dans laquelle on peut admirer Cristiano Ronaldo au meilleur de sa forme et dans des postures dynamiques qui rappelle son jeu de footballeur hors norme.

La campagne laisse évidemment la part belle au corps du jeune homme et à ses atouts. Des atouts qui ont d'ailleurs été retouchés aux Etats-Unis où les attributs du jeune homme ont été jugés comme pouvant être provocants. Un joli coup de publicité tant pour le lancement de la campagne que pour le footballeur qui devrait en laisser plus d'une rêveuse.


Le footballeur est malheureusement avec la très belle mannequin Irina Shayk. Mais les adeptes du ballon d'or de l'année 2013 pourront toujours se consoler avec des photos plus imposantes que jamais pour la collection CR7. Il suffit de jeter un œil aux images projetées sur des façades du monde entier pour s'en convaincre !

*********************************************************************

Combat de coqs dans le monde du boxer

Valorisants, amincissants, ludiques… Les dessous masculins rivalisent d’innovations pour inciter les hommes à dépenser plus. Et en rayon, Athena gonfle les pectoraux pour rattraper le leader Dim.

« Puis-je vous féliciter» ? En juin dernier, Dominique Seau a cru à un ­canular. Mais non, le patron d’Athena et d’Eminence ne rêvait pas. C’est bien Arnaud Montebourg qui l’a appelé sur son portable pour le remercier de produire encore des slips en France. Quinze jours plus tard, le ministre du Redressement productif faisait même le déplacement jusqu’à l’usine d’Aimargues, en Camargue, suivi par une ribambelle de journalistes. Le chantre du made in France n’a pas osé ce jour-là ­réitérer son coup de la marinière Armor Lux en enfilant le boxer bleu, blanc, rouge qu’Athena a créé pour ses 50 ans. «Mais il a très bien fait son boulot d’homme-sandwich devant les caméras», se réjouit encore ­Dominique Seau.

Un bon coup de pub pour Athena, parti en croisade ­depuis quelques années pour rattraper son grand rival, le leader Dim. Même si de nouvelles petites griffes pointent le bout de leur nez, ces deux marques dominent toujours le marché des dessous masculins dans les ­super et hypermarchés. Là où s’écoule plus d’un slip sur deux en France. Dim s’adjuge 34% des ventes, contre 27% à Athena (groupe Eminence). En volume, les deux protagonistes sont même au coude-à-coude.

Heureuse nouvelle pour ces experts du boxer – le modèle ­plébiscité à 80%, quand le slip ne représente plus que 20% des ventes – le business du dessous masculin s’est bien tenu ces dernières années. D’abord parce que ces messieurs délèguent de moins en moins souvent cet achat à leur compagne : ils s’en chargent désormais à 53%. Or, heureux corollaire, ils se montrent plus dépensiers en la matière. Ajoutons que les Français sont en Europe ceux qui investissent le plus dans leurs slips, avec 34?euros par an – les Italiens mettent, eux, le paquet dans leurs chaussettes. Deuxième facteur de dynamisme, les ­dessous sont devenus un accessoire de mode. Et pas seulement chez les jeunes qui les font dépasser outrageusement de leur jean, arborant la ceinture du boxer comme un totem.

Dès lors, l’obsession des fabricants est d’innover pour inciter leurs clients à revenir plus souvent au rayon lingerie. Sur ce terrain, Dim garde une longueur d’avance puisqu’il lance une nouveauté tous les six mois. Non pas qu’il ait d’énormes équipes de recherche : la marque achète sur étagère les créations de labos, comme celles du Ceti de Lille, ou de spécialistes, tel le ­Lycra. Les grandes tendances ? Le sport d’abord. Ainsi Dim a-t?il sorti en 2011 son 3D Flex, un tissu élasthanne et ­coton qui s’étend dans toutes les ­directions. Le confort ensuite, à l’image du «soft touch», qui remplace le traditionnel élastique pour éviter de trop comprimer le ventre. Enfin, le boxer cherche à corriger les petits ­défauts : le Gentleman, avec sa coque en triple épaisseur, valorise ainsi les attributs masculins. Bientôt, la ligne Xtensive masquera même les bourrelets. Tout un programme !

Athena, plus timide sur les nouvelles matières, se contente de coton mélangé plus ou moins respirant et flexible. Mais il se rattrape sur l’autre créneau de l’innovation, les couleurs et motifs. Il compte frapper fort en 2014 avec de nouvelles ceintures en microfibre ornées de photos numériques imprimées, sur le thème de la Californie. L’objectif est clair, il s’agit d’attirer les moins de 25 ans, adeptes de motifs bariolés. Dans ce domaine, c’est une ­petite marque, Freegun, qui donne le la. En quatre ans, ses boxers recouverts de fraises Tagada, de briques Tetris ou de héros de Marvel se sont hissés à plus de 5% de part de marché. Ni une ni deux, Dim et Athena s’en sont inspirés pour sortir des collections tout aussi vibrionnantes. «Quand on lance une ligne ­Vegas, ils ripostent avec des motifs jetons de casino», s’amuse le patron de Freegun. Victimes de cette avalanche d’innovations, les marques d’enseignes ont, quant à elles, vu leur part de marché ­passer cette année de 29 à 27%.

Cependant, le critère du prix reste décisif. 76% des boxers sont en ­effet vendus par lots de trois ou quatre et la moitié bénéficient de ristournes. Sur ce terrain, Athena fait la course en tête depuis qu’il a lancé, au plus fort de la crise, en 2009, son pack Eco Prix à 25?euros les quatre boxers. Ses inventeurs l’ont baptisé «la Logan du slip» : un rapport qualité-prix qui lui permet de ne plus quitter le podium des meil­leures ventes en France et de peser près de 40% du chiffre d’affaires d’Athena. Dim a d’ailleurs bien tenté de riposter avec son Eco Dim, soit deux boxers, un noir et un blanc. Sans autant de succès. «La qualité ne suit pas», souffle un acheteur. Athena se montre aussi très agressif côté promotion : 65% de ses slips sont proposés avec des réductions ou des gratuits. «Ils en font même un peu trop», commente Elodie Nicolas, chef de produit chez Système U, ­agacée de retrouver sa marque d’enseigne parfois au même prix que la griffe.

Athena satisfait en ­revanche les distributeurs par la qualité de ses livraisons. Les ruptures de stock sont en effet chez lui très rares : il assure 98% des commandes, contre 85% pour Dim. L’explication se trouve dans les usines, là même où Arnaud Montebourg s’était rendu. Loin d’être un handicap, le fait de produire encore une partie de ses collections dans les villages d’Aimargues et de Sauve lui assure une réactivité bienvenue pour les réassorts de dernière minute. Sur ses 30?millions de tee-shirts, boxers ou slips vendus chaque année, 16 proviennent directement d’Asie, où les coûts de production sont quatre fois moins chers ; 12 sont tissés et coupés dans le sud de la France avant d’être assemblés en Roumanie ou au Maghreb. Et 2?millions sont intégralement fabriqués sur place. «Nous pouvons ainsi reproduire du jour au lendemain un slip fabriqué en Chine si un client le réclame», se félicite le directeur général du groupe, Joseph Serres, au milieu de ses bobines multicolores. Dim ne peut pas en dire autant. L’ex-groupe industriel d’Autun (où seuls les collants sont encore fabriqués) sous-traite toute sa production en Roumanie, en Chine ou au Bangladesh. «On va toujours plus loin, même si beaucoup de produits n’arrivent pas avec la bonne couleur ou le bon bouton», déplore Alain ­Germain, délégué CFTC.

Mais cette flexibilité ne suffit pas à Athena pour faire la loi dans les rayons. Car, pour se mettre les distributeurs dans la poche, rien ne vaut une force de vente bien musclée. Or, grâce à sa présence forte dans les bas, les collants et la lingerie féminine, Dim peut mobiliser 80 commerciaux, deux fois plus qu’Athena. Contrairement à son concurrent, une partie d’entre eux sont spécialisés sur le réseau des supermarchés. Dim se ­retrouve ainsi en situation de quasi-monopole à côté de la MDD, notamment dans de nombreux Monoprix parisiens. Chaque année au printemps, la marque organise ses Beautiful Days, une semaine pendant ­laquelle toute l’offre homme-femme-­enfants trône en allée centrale sur des étagères de carton préremplies. Athena, lui, réalise à peine 5% de son chiffre d’affaires en lingerie. Du coup, lors­qu’il s’agit de donner son avis sur la disposition des produits chez Carrefour et consorts, Dim ­arrive plus facilement à se placer au début du rayon, juste après la marque de l’enseigne. Au grand dam d’Athena, qui convoite le même créneau.

Le manque de notoriété d’Athena face à Dim n’est pas non plus étranger à ce rapport de force. Grâce à sa place de ­numéro?1 en lingerie féminine et à son célèbre jingle «papapapa papaaaa», Dim est cité spontanément par 59% des Français, contre 26% pour son rival.

Longtemps, il a monopolisé la publicité télévisée. En 2012, l’inventeur du bas Dimanche y a encore investi 7?millions d’euros (selon Kantar). Avec des messages un peu trop sages, comme ces joueurs de rugby se faisant des passes en studio pour prouver la flexibilité de leur 3D Flex. «C’est basique, mais ça permet de toucher le plus grand nombre», se défend Pauline Laplace, responsable de l’homme chez Dim. Mais dès 2014, Athena et Eminence feront leur grand retour sur le petit écran, après plus de dix ans de silence. «C’est le bon moment», selon la directrice de la marque Athena, Anouk Ribard, qui s’apprête à lancer une gamme Denim pour les 25-35 ans. Et côté message, Athena compte se démarquer en jouant la carte de l’humour, avec une parodie de Levi’s, façon western. Déjà l’an dernier, la marque avait fait jaser avec une campagne d’affichage doublée d’un making of de la séance photo diffusée sur Internet. On y voyait le perchiste Renaud ­Lavillenie et d’autres athlètes courant nus dans un stade. L’équipe de tournage était, elle aussi, dans le plus simple appareil. «On a totalisé 3,5?millions de pages vues pour 13 000?euros d’investissement», se réjouit encore Dominique Seau.

Athena a eu moins de succès quand il a cherché à diversifier ses circuits de distribution. Ses boutiques en propre ont été un échec. De même, Dim n’en compte qu’une dizaine. Or une nouvelle concurrence se fait jour. Les chaînes spécialisées (Undiz, H & M,?etc.) ne cessent de faire des adeptes. Des griffes féminines comme Aubade font une incursion chez les hommes. Et de petites marques bousculent les habitudes : Freegun, mais aussi Pull In, Le Slip français, ou Garçon français, apprécié des milieux gays… Des acquisitions potentielles pour nos deux leaders ? Peu probable. Le groupe Eminence, détenu par les fonds d’investissement LBO France et LFPI depuis 2011, ne veut pas se disperser. De son côté, Sun Capital, le fonds d’investissement qui a racheté Dim pour une bouchée de pain au géant américain Sara Lee en 2007, cherche à s’en séparer. Mais la marque, qui fait partie du groupe DBApparel avec Wonderbra, Playtex…, n’a toujours pas trouvé acquéreur. L’affaire n’est pas encore dans le sac.

Athena :
Chiffre d’affaires du groupe en France : 103 millions d’euros (dont 70% avec Athena)
Lieux de production : France, Roumanie, Maghreb, Asie
Prix moyen (lot de 2) : 16 euros
Marques : Athena, Eminence, MDD
Part de marché dans les grandes surfaces* : 27%

DIM :
Chiffre d’affaires du groupe en France : 280 millions d’euros (part de Dim non communiquée)
Lieux de production : Roumanie, Asie
Prix moyen (lot de 2) : 19 euros
Marques : Dim, Playtex, Wonderbra…
Part de marché dans les grandes surfaces* : 34%

*********************************************************************

Mais cette fois c'est sûr, vous êtes bien décidé à offrir une seconde jeunesse à ses dessous. Caleçon, boxer ou slip, on vous dit lequel choisir.

Choisir son caleçon slip ou boxer homme?

Un caleçon ou boxer ou slip doit être confortable. Qu’importe le modèle, vous devez avant tout être à l’aise dans vos caleçons, slips ou autres sous vêtements. Voici quelques pistes pour mieux choisir.  Certains élastiques sont plus fermes que d’autres, aussi essayer aide grandement en complément d’une mesure de son tour de taille.

Privilégier les marques connues car leurs produits tiennent longtemps, apportent une technicité incomparable. Ne soyez pas à la recherche du meilleur prix. Jetons nos vieux machins tout accordéonés ou relâchés. Modernisons nos placards!

SLIP

Le slip est celui qui maintient le plus tout en place. Le coton permet à la peau de respirer et de nouvelles matières techniques donnent un complément de confort et d’élasticité. Bien adapté aux pratiques sportives, aux hommes en mouvement et aux pantalons moulants.

CALEÇON

Le caleçon donne une sensation de liberté puisqu’il ne maintient rien. Il n’est pas vraiment pratique sous un pantalon et sera à privilégier pour la nuit ou sa vie en appartement. Par contre sa large ceinture masque le manque d’abdo. En terme de coloris, la modération et le classique sont mieux apprécié de ceux qui vont el voir, qu’un lapin orange entouré de mots argotiques et autres motifs vulgaires.

BOXER et SHORTY

Bon mix car offre une large ceinture abdominale et un excellent maintiens avec en complément une bonne aération. Se porte aussi bien en couleurs unies classiques qu’en couleurs vives ou avec des détails amusants. Les modèles ludiques ont la côte.

Le boxer court aussi nommé shorty est idéal sous un pantalon, il ne se détecte pas (sauf à laisser dépasser la ceinture élastique) et suit le mouvement. Le spandex, le modal, le bambou naturel permettent un confort incomparable : ils épousent les formes sans trop les serrer pour autant.

*********************************************************************

Slip, boxer ou caleçon ? Lequel choisir

La lingerie pour laquelle on opte en dit sur l’homme qui la porte. Slip, caleçon ou boxer, décryptage de ce que les pantalons cachent et qui en dit long sur vous. 

Ce que dit le slip de vous

Le slip pour homme a été pendant le longtemps le sous-vêtement à haut risque ! A l’exception des moins de 14 ans et des plus de 65 ans, donc hormis les collégiens et les papys, tous les hommes ont un jour affronté la question du bien-fondé de l’envie de porter un slip. Toutefois, trois types d’hommes ont osé franchir le pas et ont réussi à passer la limite qui distingue le gus du sex-symbol à savoir le négligé, le gay et le bobo.

Le négligé porte le slip comme si il portait un pyjama, pour lui le slip pour homme se vit, c’est une expérience qui ne fait qu’un avec son corps et surtout il s’agit d’un mode de vie à la je m’en foutisme. Que le slip soit coloré, avec motif absurde comme des petits bateaux ou même des petits pois, ou même si il pend légèrement sur le fessier, le négligé ne se pose pas de question. Il peut même aller jusqu’à vous ouvrir la porte avec son slip, à la limite plouc, être négligé c’est tout un état d’esprit.

Le gay lui aime porter le slip serré de façon sobre et élégante. Certains osent aller plus loin dans leur choix, forme échancré du slip, choix de la matière (pailleté, en cuir…), pour des soirées plus privé, le gay assume complétement le choix de son slip, qui lui fait un joli fessier.

Enfin, il y a le bobo, doyen de la culotte pour homme, il porte le slip homme en toute simplicité et l’assume comme la crème de jour qu’il étale dans sa salle de bain. Le bobo est donc décomplexé et pour lui sa compagne n’a d’autre choix que de l’accepter, tant que celui-ci est dans des couleurs classiques : noir ou gris.  

Ce que dit le caleçon de vous

Bien que le caleçon homme soit esthétiquement presque parfait, à moins de choisir un caleçon vraiment moche, celui-ci a mauvaise réputation. Mais un fan club du caleçon reste très actif sur le web ! car en réalité les hommes à caleçon aiment les accessoires classiques, même si ils doivent perdre cinq minutes chaque matin à essayer de bien lisser le caleçon dans leur pantalon. Sachant que la mode des slims, des jeans étroits ou encore des pantalons cigarettes n’est pas pour les aider. 

Ce que dit le boxer de vous

Le boxer homme est le sous-vêtement idéal ! Tout le monde l’aime et même les plus sceptiques n’ont pas vraiment un avis dessus. Les visions négatives du boxer sont extrêmement rare. Le boxer pour homme assure une certaine élégance contrairement au slip et un meilleur maintient que ne donne pas le caleçon. C’est l’alternative qui se veut idéale, même si il ne va pas à tout le monde et que tous les boxers ne se valent pas. Il n’empêche que l’homme qui le porte véhicule malgré lui une certaine image du mec moderne, bien dans ses pompes et qui aime suffisamment ses fesses pour oser les montrer.  Certes il donne une image valorisante, mais image dont il faut être à la hauteur.  

Et vous comment préférez-vous votre homme, en slip, caleçon ou boxer ?

*********************************************************************

Eminence

Eminence relocalise en France une partie de sa production.

Le groupe a réduit les commandes à ses sous-traitants au Maghreb et en Asie.

Pour préserver l'emploi de ses usines françaises, Eminence (Athéna) a rapatrié l'an dernier une partie de sa production dans les pays à bas coûts. Avec la crise, le recul des ventes en Italie, son deuxième marché, et les difficultés de Carrefour, l'un de ses principaux clients, le leader français du sous-vêtement masculin (900 salariés, dont 60 % en France) a vu son carnet de commandes se réduire. Du coup, il a décidé de couper les achats à ses sous-traitants en Tunisie, au Maroc, en Egypte et en Asie pour éviter le recours au chômage partiel.

Eminence dispose de deux usines dans le Gard, à Aimargues et à Sauve, qui emploient 250 salariés. Il a aussi un site en Roumanie et un autre en Italie. « Cette décision a permis aux sites français de continuer de tourner à plein régime, explique Dominique Seau, le président du groupe. J'ai préféré dégrader la rentabilité plutôt que de me séparer d'un personnel qualifié; car, faute de production en France, il n'y a quasi plus de formation aux métiers de la maille. » La société est toutefois restée profitable, selon le dirigeant. Son chiffre d'affaires a diminué de 8 %, à 130,5 millions. Pour faire face, Eminence a aussi coupé par deux ses investissements publicitaires et serré ses coûts, en matière d'énergie notamment. 

Eminence est l'un des derniers groupes de sous-vêtements qui fabrique encore dans l'Hexagone. Ce qui lui permet de maîtriser ses innovations et de réagir en quelques jours aux demandes de ses clients. Les nouveautés sont une des clefs de la relance. Parmi elles, l'entreprise va lancer fin 2013 une ligne de boxers inspirée du denim pour permettre aux hommes qui portent des jeans de les coordonner avec leurs sous-vêtements. La nouveauté va marquer le retour à la publicité télévisée de la marque. Une première depuis dix ans ! A l'occasion de ses 70 ans, la griffe Eminence, elle, va proposer une collection de tee-shirts et boxers en 7 coloris, du orange au violet. Les ventes du groupe sont reparties début 2013. « A ce jour, les commandes sont en hausse de 6 %. Nous avons cinq à six mois de visibilité », précise Dominique Seau.

Avant sa médaille d’or aux JO, l’athlète avait tourné une pub loufoque pour le fabricant gardois, qui fait un tabac.  Une pub décalée, qui porte aux nues une marque... Pour la première fois de son histoire, la société gardoise Eminence se retrouve en compétition pour l’un des prix du prestigieux Trophée Top Com Corporate Business, un concours européen, destiné à récompenser les meilleures campagnes de publicité et de communication de l’année. Dominique Seau, le président d’Eminence, défendra son dossier le 3 octobre à Paris, en compagnie d’un des patrons de son agence de publicité : Vincent Mayet, un autre Gardois, vice-président d’Euro RSCG 360 France. "Décontracté du boxer" Slogan de la campagne. L’enjeu est important : le dossier Eminence est arrivé en finale de l’édition 2013 de ce Trophée, dans la catégorie “marketing viral”. S’il gagne, le fabricant de sous-vêtement, basé à Aimargues, rejoindra la liste des groupes récompensés les années précédentes : Spie, Natixis comme la SNCF. Une belle histoire, née d’une idée totalement loufoque : en 2011, et bien avant de fêter les 50 ans de sa marque Athena, le groupe gardois avait fait appel à plusieurs athlètes français, en les mettant en scène totalement nus. "Décontracté du boxer", c’était le slogan de la campagne, déclinée sur différents sites internet, dont celui de L’Équipe. Parallèlement, "pour faire du buzz" comme on dit aujourd’hui, cette campagne fut accompagnée d’une série de clips mis en ligne sur Youtube et Facebook. Ces courtes vidéos ont fait un véritable tabac et les Jeux olympiques de Londres les ont relancées.

*********************************************************************

  Soutenez celles et ceux qui s'investissent chaque jour pour mettre à jour le site. N'hésitez pas à communiquer ce site auprès de vos amis, de votre entourage, de vos proches sur les réseaux sociaux. Vous aussi faites découvrir le site et encouragez les personnes qui contribuent au dévelopement du site. 

Toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engage en rien l'éditeur de ce site.
Le site ne peut être tenu  responsable du contenu et décline toute responsabilité en cas d'erreur.

K S N  production :  Concepteur et réalisateur  du Site.  

DRAGON  GROUPE :  LEADER des sites internet dédié aux hommes . Créateurs de projets et de sites Web.

Copyright 2013 , tous droits réservés. Les marques mentionnées sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs. 

 L'utilisation de ce site implique l'acceptation des Conditions Générales d'Utilisation et des Mentions Légales.

Ajouter un commentaire