Actualités Mode Homme

Actualités Mode Homme .  Mode masculin Printemps/Eté 2022

 

************************************************************************************

Mode masculin Printemps/Eté 2022

 

Jogging or tailoring ?

Tout comme chez leurs homologues féminins, la montée du survêtement est indiscutable. On pensait la tendance du sportwear à bout de souffle, que nenni, elle revient en force sur les podiums ! Le confinement du printemps dernier a conforté le survêtement dans son statut de vêtement utilitaire, confortable et rassurant. Dans un esprit plus city que canapé/pop-corn, les joggings restent sportifs mais se raccourcissent façon cargo chez Owens ou Dolce & Gabbana, tandis qu’Issey Miyake, les métamorphose en pantalons plissés, teintés de nuances vitaminées.

Beaucoup plus sombre, le costume noir sublime (Vuitton, Versace, Yamamoto) confère aux silhouettes une gravité absolue. Mais pas question pour les grandes maisons de céder à la morosité, les looks austères se pimentent d’accessoires flashy ou de chemises satinées pêchues. Les coupes sont empruntées aux années 80, les 2 pièces jouent la carte de la décontraction, les vestes se croisent, les pantalons se fluidifient, RIP le skinny : si les stylistes redoublent d’efforts pour susciter l’envie de ré-adopter le costume, pas question pour autant d’en sacrifier le confort !

Safari, rando et bomber, des tenues adaptées aux milieux hostiles

L’été 2021 sera-t-il aussi dangereux que ce que laissent transparaitre les looks ? Quoiqu’il arrive, ces messieurs seront parés pour affronter le pire! Etro ou Fendi déclinent la tenue camouflage en version bermuda à larges revers, veste mi-longue utilitaire, Balmain sacralise le total look safari avec un coordonné saharienne multipoche plaquées et un treillis qui se veut large et retroussé. Les palettes de couleurs se fondent avec les paysages arides en optant pour des déclinaisons de kaki, sable ou craie.

Encore emprunté aux vêtements militaires (oui, oui, on se prépare vraiment à livrer un combat féroce), l’omniprésence du bomber présagerait-elle, en plus de la menace, d’un printemps-été polaire ? Gucci s’appuie sur un look vintage des années 70’s, Hermès et Prada s’en tiennent à des déclinaisons plus minimalistes, pendant que le styliste allemand Philipp Plein en livre une version plus clinquante dans des tons de satin bleu profond.

Look oversize ou tucked-in-top selon les morphologies

Le boomerang stylistique marque son retour dans les années 90 et ses lignes oversize : tout est long, large, les étoffes enveloppent les corps toujours en quête de pièces cocoon. La tendance des pantalons ou bermudas ultra-larges se retrouve quasiment chez tous les créateurs, (Hed Mayner, Sandro, Duckie Brown, Burberry ou Valentino).

Le Trench Coat, pièce phare de tous les printemps, suit les mêmes codes de l’oversize (N°21 ou Ambush) avec une préférence marquée pour les camaïeux camels.

Les plus sveltes (bedaines naissantes ou bien installées s’abstenir), pourront adopter les looks Tucked-in-tops, chemise ou t-shirt rentrés dans des pantalons ceinturés, repérés chez GmbH, Jieda, We11done ou Kolor.

Motifs et couleurs : Une ode à la nature, un hymne à l’arc-en-ciel

Les designers auraient-ils un besoin fondamental d’être en parfaite connexion avec une nature observée au kaléidoscope ? Toujours est-il qu’avant de penser à composer son dressing, mieux vaudra investir dans une bonne paire de lunettes de soleil car les choix colorimétriques piquent un peu les yeux !

Côté mer, ambiance nautique respectée mais pas vraiment de grande révolution, Dolce & Gabbana s’attaque aux marinières, Casablanca à l’indétrônable pull marin. Dans la série rayures, on note l’étonnant choix stylistique du carreau revisité, imprimé plutôt rare durant la saison estivale excepté quelques madras (le tartan se retrouve cette saison chez A.P.C, Lemaire, Rick Owens ou Undercover).

Pour lire le reportage en entier :

https://textileaddict.me/les-tendances-mode-masculine-printemps-ete-2021-reperees-pendant-la-fashion-week/

************************************************************************************

LES ESSENTIELS DU MOMENT À MOINS DE 100 EUROS
 

Une chemise à carreaux

Issue de la collaboration entre COS et Mr Porter, cette chemise à carreaux irréguliers renouvelle le genre avec un imprimé fun et sérieux à la fois qui permettra de la porter au bureau ou en soirée, ouverte ou fermée.  Chemise COS, 69€ chez Mr Porter

Une surchemise

Entre la veste de coach de baseball et la chemise épaisse, cette surchemise en tissu fluide est idéale pour le layering sous un plus gros manteau. Une pièce qui fait double-emploi mais mérite ses heures supplémentaires.  Surchemise Cheap Monday, 90€

Une doudoune légère

L’étape suivante, en matière de layering et/ou de problème de chauffage, c’est la doudoune légère que l’on peut ranger dans sa housse au cas où elle prendrait trop de place.  Doudoune ultra légère, Uniqlo, 69,90€

Une parka

Cette saison, entre le trench et la parka, on a choisi la parka. Désolé.  Parka Zara, 79,95€

Un pull torsadé

Chaînon manquant entre le preppy américain et le marin de la mer du Nord, le pull en laine torsadée respire le chic et l’authenticité. Petit plus : ce vert militaire est l’une des couleurs les plus en vogue cet hiver.  Pull H&M, 34,99€

Un sac à dos

Un vrai sac à dos d’adulte, avec la contenance qui va avec, dans les deux sens du terme.  Sac en cuir asos, 76,99€

Une écharpe

Par les temps qui courent, elle commence à devenir indispensable.  Echarpe GAP, 19,57€ au lieu de 27,95 .   Où la trouver ?

Une casquette en flanelle

Vu que la casquette a supplanté le bonnet chez nos amis hipsters, ils pourront continuer à en porter cet hiver grâce à ce genre de modèle en flanelle. Casquette IKKS, 50€

Une pochette

Maintenant que vous savez la plier , il est temps de commencer à en porter.  Pochette Massimo Dutti, 25,95€

Des sneakers montantes

Ce n’est pas forcément le moment de renoncer aux sneakers en toile, il suffit d’opter pour un modèle montant et de mettre de grosses chaussettes.  Sneakers “B2”, Springcourt, 89€

***************************************************************************************

Cette parka chauffante, lumineuse et connectée vient de Normandie

Un vêtement connecté dont on active les fonctions lumineuses ou chauffantes avec son smartphone? C'est le concept que la PME normande Kiplay a réalisé. Ce spécialiste du vêtement de sécurité a déjà présenté un premier prototype mi-novembre 2016 dans un salon professionnel.

Cela fait plus d'un an que Kiplay travaille à la confection de cette parka du futur conçue pour les personnels intervenant sur la voirie ou sur un chantier. Le déclencheur de cette innovation textile a pour origine un appel à projets de la direction générale des entreprises de Bercy en 2015. La PME y a répondu en tant que porteur d'un projet de vêtement connecté, de concert avec la société technologique française Nomadics Solutions. Un troisième partenaire s'est associé à ce projet collaboratif, financé à hauteur de 250.000 euros, en la personne de l'institut français du textile et de l'habillement.

"Nous concevons déjà des habits conformes à la norme de haute visibilité mais grâce à l'incrustation de leds, le porteur de la parka est visible à plus de 300 mètres. Il est aussi possible de leur faire clignoter " explique Marc Pradal, PDG de Kiplay. Ces leds à faible consommation électrique sont cousues sur le devant et dans le dos du vêtement. Elles sont recouvertes par un film imperméable pour résister aux intempéries et au... lavage en machine.

Lumineux, le prototype intègre aussi des résistances chauffantes réparties au niveau des épaules. "La température atteint 35 à 40 degrés mais nous recommandons aux porteurs d'utiliser cette fonction avec parcimonie car les résistances consomment de l'énergie" explique le PDG de la PME normande. Le vêtement possède également la fonction "homme mort", dispositif connu pour la protection des travailleurs isolés. Après un laps de temps sans mouvement de son porteur, la parka déclenche une alerte sur le téléphone mobile d'un référent grâce à un module de communication intégré.

Toutes ces fonctions nécessitent toutefois une alimentation électrique pour fonctionner. "On a prévu des batteries que l'on recharge classiquement. Nous avons aussi développé un système de cintre qui recharge sans contact, par induction, la parka dès qu'elle est accrochée dessus" souligne Marc Pradal.

L'autre grande originalité de ce vêtement provient aussi du réglage de toutes ses fonctions depuis un smartphone. Une application à télécharger fonctionne de pair avec la parka. On peut, par exemple, diminuer l’intensité des leds, les faire clignoter ou réguler le chauffage des résistance, depuis son mobile.

Dernière particularité: la parka peut être lavée en machine, tous ses  composants et éléments électroniques étant étanchéifiés. Ce vêtement du futur doit être commercialisé mi-2017 pour un coût de 180 euros, muni de toutes ses fonctions.

*****************************************************************************************************

Les enseignes de vêtements présentes en France ont du souci à se faire : le bulldozer Primark a prévu de s'implanter durablement dans l'Hexagone. Réputé pour ses prix ultra-cassés sur l'habillement, le groupe d'origine irlandaise a ouvert son dixième magasin dans le centre commercial Evry 2, dans la préfecture de l'Essonne, chère à Manuel Valls.

Cette ouverture était attendue par les habitants du sud de l'Ile-de-France. Jusqu'à présent, pour compléter leur garde-robe, ils devaient aller jusqu’à Créteil où se trouve un autre magasin de l'enseigne qui vient, lui, de doubler sa surface. A Evry, le magasin occupera un peu plus de 4.200 mètres carrés. Il est le quatrième de l'enseigne en Ile-de-France qui devrait accueillir un cinquième en Seine-et-Marne, dans la grande couronne, dès 2017.   Peu à peu, l'enseigne irlandaise tisse sa toile dans l'Hexagone où elle avait commencé, plutôt discrètement, avec deux premiers magasins ouvert à Marseille en décembre 2013 puis à Dijon, en février 2014.   En France, son implantation a été jusqu'à présent un parcours presque sans faute. Primark est toutefois tombé sur os à Bayonne (Pyrénées-Atlantique). La justice administrative a retoqué en avril 2016 son implantation dans une nouvelle galerie marchande, confirmant, selon le quotidien Sud-Ouest, la décision de la Commission nationale de l’aménagement commercial (CNAC) qui s'était opposé à son arrivée. Primark a fini par jeter son dévolu sur la région de Bordeaux.   Si la France est le nouveau "joyau" de son extension à l'international, l'un de ses principaux faits d'armes a été son implantation réussie en Espagne, berceau de Zara, où Primark compte déjà plus d'une trentaine de magasins.  Cette chaîne spécialisée dans le prêt-à-porter low cost tire ses prix bas de la fabrication en très grande quantité pour ses 300 magasins. Elle joue à fond la carte de la standardisation avec des collections et des modèles semblables dans tous les pays, qu'elle fait fabriquer chez des sous-traitants situés dans des pays où la main d'oeuvre est très peu chère. Indirectement concernée par l'effondrement tragique de l'immeuble-atelier du Rana Plaza au Bangladesh, Primark avait ainsi versé 14 millions de dollars d'indemnités aux familles des victimes. Son autre point fort, qu'elle partage avec ses concurrents comme Zara ou Uniqlo, autres spécialistes de la fast fashion, consiste à alimenter ses rayons de nouveautés "tendance" chaque semaine, agrémentés de promotions régulières pour écouler les stocks.

***************************************************************************************

Quand les déchets des océans deviennent des vêtements

Que diriez-vous d'acheter un caleçon ou un blouson entièrement fabriqués grâce à des filets de pêche ? L'entrepreneur écologiste Javier Goyeneche a développé un programme qui permet de recycler les déchets des océans recueillis dans les ports de la Méditerannée. Cette entreprise madrilène lancée en 2010 (18 employés, 4,5 millions d'euros de chiffre d'affaires 2015) se flatte déjà d'avoir créé "une nouvelle génération" de vêtements et d'accessoires à partir de bouteilles en plastique collectées sur terre, de vieux filets de pêche ou de pneus usagés. "Il ne faut pas continuer à creuser le sol toujours plus profond pour produire du pétrole", lance son fondateur. "Là où d'autres voient des ordures, nous voyons une matière première et pouvons la transformer en tissus à travers des processus sophistiqués de recherche et développement", explique M. Goyeneche, dont les doudounes ou sacs à dos sont vendus dans des magasins huppés, tels Harrods à Londres et Bloomingdale's à New York. S'il existe donc déjà des vêtements fabriqués à partir de déchets plastiques recyclés, ce serait une première d'en créer à partir des ordures de la mer. 

C'est dans son usine de Chiva, près de Valence (est), que seront transformées en décembre les premières tonnes de déchets collectés par les pêcheurs. Visiter cette usine est une leçon d'écologie en soi: le processus de recyclage est si complexe qu'aucun visiteur ne jettera plus un emballage plastique avec la même légèreté qu'auparavant... Secouées, aplaties, échaudées, les bouteilles sont triées - automatiquement par des machines ou par une ouvrière debout face au tapis roulant - puis triturées dans des mixeurs géants pour finir en minuscules flocons.

En janvier, ces déchets issus de la mer seront transformés en fil par la société espagnole Antex, à Girona (Catalogne, nord-est). Puis Ecoalf pourra créer sa collection - de maillots de bain, vestes, sacs, chaussons... - "d'abord avec 35 pour cent de déchets plastiques d'origine marine et 65 pour cent d'origine terrestre", précise M. Goyeneche. A terme, il voudrait "obtenir un fil recyclé à 100 pour cent à partir de détritus collectés en mer". Une façon de "faire prendre conscience aux gens de ce qui se passe au fond de la Méditerranée.

Environ 6 kg de déchets dans les filets des pêcheurs

Pour réussir son projet, Javier a convaincu les pêcheurs de l'aider. Ces derniers remontent environ 6 kg de déchets dans leurs filets. Une fois recueillis, les déchets plastiques ou les morceaux de filets sont transformés en copeaux de polyéthylène. Ce matériau va ensuite devenir une fibre synthétique qui sera utilisée pour constituer les vêtements.

*********************************************************************************

Jamais sans mon duvet

Morgan Sansous a inventé un blouson qui se transforme en duvet... Une idée en or !

Morgan Sansous et son Duson, un blouson au tissu imperméable, déperlant, respirant, qui s'adapte à toute condition climatique.

Morgan Sansous et son Duson, un blouson au tissu imperméable, déperlant, respirant, qui s'adapte à toute condition climatique.

Une fusion entre le blouson et le duvet… Il fallait y penser ! C’est à force de perdre son sac de couchage lors des tournées de concerts qu’il effectuait en Europe que Morgan Sansous, musicien valdoisien alors âgé d’une vingtaine d’années, a eu l’idée d’incorporer le duvet à son blouson. 
Quatorze ans après cette illumination, c’est enfin la consécration ! Le Duson a en effet reçu, en mai dernier, la médaille d’or du concours Lépine européen de Strasbourg. «C’est une idée très simple mais ne trouvant pas de produits de ce type dans le commerce, j’ai voulu développer le concept à des fins personnelles. Je n’avais aucun business plan. J’ai réalisé le premier prototype avec un ami couturier. De nombreuses modifications ont été apportées au fil du temps et des différents prototypes», explique Morgan Sansous qui a obtenu le brevet pour le Duson en 2008.

L’armée sur le coup

L’inventeur herblaysien a ensuite pu bénéficier d’une large couverture médiatique notamment avec sa participation à l’émission L’Inventeur de l’année, diffusée sur M6. Le Duson a alors rencontré un franc succès en inspirant beaucoup de modèles à travers le monde avec, par exemple, un projet caritatif développé aux États-Unis en 2012 en faveur des sans-abri. «C’est une bonne chose que cela ait suscité des opérations solidaires et que le produit plaise. Après, j’aurais apprécié d’être cité dans ces projets et pourquoi pas, prendre part à l’aventure», souligne l’inventeur. 
Motards, survivalistes, teufeurs, scouts, parapentistes, campeurs… Le Duson s’adapte à toute situation et condition climatique. Et l’engouement qu’il suscite ne s’arrête plus puisqu’il intéresse maintenant l’armée qui devrait tester son prototype d’ici à la fin de l’année. Les premiers Duson seront en vente début octobre pour se couvrir avant l’hiver.

Prix de 350 et 490 euros selon le modèle hiver ou été.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

JULES, la mode homme tendance et abordable

Jules, marque de mode accessible.

Urbain et décontracté, le style Jules séduit les hommes de 20 à 40 ans et les femmes qui partagent leur vie.

Jules propose des silhouettes inédites, mixe les produits et affirme le style masculin pour une silhouette impeccable.
Coupes, matières, couleurs, rien n’est laissé au hasard pour ses 5 collections mix&match ancrées dans la mode.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 Soutenez celles et ceux qui s'investissent chaque jour pour mettre à jour le site. N'hésitez pas à communiquer ce site auprès de vos amis, de votre entourage, de vos proches sur les réseaux sociaux. Vous aussi faites découvrir le site et encouragez les personnes qui contribuent au dévelopement du site. 

Toutes les informations sont données à titre indicatif et n'engage en rien l'éditeur de ce site.
Le site ne peut être tenu  responsable du contenu et décline toute responsabilité en cas d'erreur.

K S N  production :  Concepteur et réalisateur  du Site.  

DRAGON  GROUPE :  LEADER des sites internet dédié aux hommes . Créateurs de projets et de sites Web.

Copyright 2013 , tous droits réservés. Les marques mentionnées sur ce site appartiennent à leurs propriétaires respectifs. 

L'utilisation de ce site implique l'acceptation des Conditions Générales d'Utilisation et des Mentions Légales.

Ajouter un commentaire